Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • : Blog du Collectif Fontenay pour la Diversité - RESF Fontenay-sous-Bois
  • Contact
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 15:31

Une fiction documentée et militante sur la reconduite aux frontières des sans-papiers.

Certes, l’action d’Illégal se déroule en Belgique, mais pour qui a visité un centre de rétention administrative (CRA), en France, c’est du pareil au même. Des étrangers en attente d’expulsion y sont enfermés, dont le seul tort est de s’être maintenus sans titre de séjour dans un pays. (...)

Lire la suite sur liberation.fr

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 08:47

Régulariser les sans-papiers dont la “situation humanitaire est urgente”, tel est l’objectif de la Belgique qui a lancé mardi une campagne qui durera trois mois. Une bonne nouvelle pour les quelques sans-papiers qui tentent leur chance sachant que les critères sont draconiens.
“C’est le paiement de la dette que l’on attendait il y a longtemps et que le gouvernement avait retardé. On est content et on est là pour avoir des informations”, explique Manuel Lopez Pedro, demandeur d’asile venu se renseigner à la mairie.
Les sans-papiers qui attendent une régulation depuis plus de 3 ans peuvent également présenter un dossier, preuve à l’appui (factures d‘électricité, de gaz, des factures d’hôpitaux).
Pas question donc de régulariser massivement comme ce fut le cas en Espagne en 2005, un choix contesté au sein de l’Union européenne. Mais après un an et demi de blocages entre partis politiques, et une dizaine d’occupations d‘églises ou de bâtiments universitaires, Bruxelles a décidé en juillet dernier d’examiner les demandes “au cas par cas”.

Source : euronews.net 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 20:58

On vous "rassure"... ça se passe en Belgique! 

Des chercheurs de l'Université catholique de Louvain ont tenté de mesurer l'impact d'une régularisation collective des sans-papiers, impact sur l'économie et notamment sur les finances publiques et le marché du travail. Leurs conclusions sont assez éloignées des idées reçues.


Retenons-en une seule phrase:
"Le cliché qui voit dans l'immigré une sangsue vidant les caisses de la sécurité sociale est manifestement erroné".


Le marché du travail.

25 000 sans-papiers, voire 50 000 ou cent mille régularisés, c'est une hypothèse qui peut effrayer, surtout en pleine crise de l'emploi.

Pour les économistes de l'IRES, l'Institut de Recherches Economiques et Sociales, l'impact sera limité.

Les sans-papiers sont en général intégrés dans le système, ils travaillent. Leur régularisation va avant tout les amener sur la voie de la légalité.

Il y aura bien une pression sur les natifs moins qualifiés mais elle sera temporaire.

Finances publiques

Pour les finances publiques, leur régularisation va très rapidement les transformer en contribuables qui payent des impôts.

Le bilan global sera positif comme le précise David de la Croix, chercheur à l'IRES.

"Les études qui ont analysé cette question pour le cas de la France montrent que l'effet "finances publiques" domine l'effet "marché du travail" de sorte que l'effet total net est positif, faible mais positif."

Pas ou peu d'impact au départ, un effet positif à terme, la conclusion s'impose d'elle-même.

"La conclusion de notre étude est de dire qu'il n'y a pas d'argument économique pour dire que la régularisation voire une politique d'immigration plus ouverte, plus généreuse, soit négative pour le pays. Si on veut argumenter en ce sens ce serait plutôt alors sur base d'arguments purement idéologiques. (...) On voit bien aussi l'importance de convaincre la population de ces effets bénéfiques." (...)

Lire la suite sur
rtbf.be 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 21:31
Depuis 38 jours, les travailleurs/ses sans papiers de l'église saint curé d'ars se battent dans les locaux de la paroisse de la dite église contre l'inégalité et l'injustice dont ils sont victimes et continuent à l'être contre toutes attentes. Ces travailleurs/ses sans papiers, sont 24 personnes dont 4 femmes.
Parmi eux, 12 personnes sont en grève de la faim depuis le 13/04/09, dont 3 femmes et 9 hommes. Ils ne demandent qu'une chose travailler et cela nécessite l'obtention d'un permis de travail C qui les rendraient indépendant contre toutes formes d'exploitation par les patrons, Contrairement à ce que certains racontes, les travailleurs/ses sans papiers ne prennent et ne prendront le boulot d'aucun BELGES.
Le plus souvent les travailleurs/ses sans papiers font des boulots dont les belges n'acceptent pas de faire( le nettoyage, la cueillette, le plonge, le bâtiment, l'entretien des personnes âgées dans les hommes, le ménage et d'autres formes de boulots totalement ignorés par eux). Qu'on arrête de toujours diaboliser la régularisation qui n'a aucun côté négatif contrairement à ceux qui ne voient que du négatif.
Les détracteurs de la régularisation veulent quoi ? Que quelques minorités continuent à exploiter les avantages générés par le travail au noir ? Que la caisse de sécurité sociale ne reçoit rien de ses avantages? Alors d'après eux, très prochainement il y aura un manque à gagner dans ce domaine. Les travailleurs/ses sans papiers demandent que leur travail soit légalisé tout en leur régularisant seule possibilité selon eux de rééquilibrer la société belge qui est trop en dessous des normes des investissements sociaux et humains dans le traitement des étrangers.
Aujourd'hui le système qui consiste à donner des AI bien entendu  carte d'immatriculation sans permis de travail ne résoudra rien sauf d'augmenter la souffrance et la précarité des travailleurs/ses sans papiers, qui ne peuvent même pas bénéficies des avantages de leur cotisation, alors qu'ils ont travaillé durant des années au noir, payent leur taxes et impôts sans aucune fiche de paye.
Il faudra à un moment qu'on pense à la souffrance des autres, ce sont des humains comme toutes autres personnes qui ont droit à vivre au moins comme des êtres humains dans une société démocratique( capitale de l'Europe occidentale). A limage des autres sans papiers, les travailleurs/ses sans papiers de forest, vu qu'ils se sont fait durbler, maltraités, n'ont pas de toits , n'ont pas ou allés, la preuve ils sont à l'église dans la paroisse depuis 3 ANS sont déterminés et ne céderont pas tant qu'ils ne trouvent pas une solution durable à leur cause. A présent, l'office des étrangers refuse d'entamer des discussions avec eux, chose qu'ils trouvent en normale.
Avant tout, ce sont des êtres humains qui ont droit à tout donc on ne peut pas les abandonnés a eux même comme sa, ce sont des citoyens belges à part entière ce qui les manques c'est seulement les papiers. Ils sont des citoyens du monde qui sont bien intégrés dans la société belge, vivent ici depuis plusieurs années,  bosses ici, pour quoi ne resteront pas ici ?  Faite suivre ce message pour aérer la situation des travailleurs/ses sans papiers qui se battent rien que pour avoir une vie de dignité humaine au moins dont tout le monde a droit sur cette terre. 

Source : Radiokankan.com 
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 22:30
En Belgique aussi, les luttes des sans-papiers durent, plus dures de mois en mois. Là-haut aussi, les travailleurs se sont unis et révoltés. Probablement plus unis que "chez nous", comme on dit (mal), sur un plan national. Mais ils font face à un gouvernement, sinon aussi rigide et répressif, au moins aussi "coincé" entre besoin de main d'oeuvre, et faiblesse électoraliste. Répercuter régulièrement l'actualité des luttes belges sur ce blog brouillerait un peu nos problèmes franco-français, déjà bien denses.
Et si... face à la fermeture des frontières générées par le "Circulaire de la honte" adoptée par l'Union européenne, face à cette absurdité qui consiste à se rendre aveugle aux réalités du monde, et si... une "internationale" des migrants se préparait à naître? Et si nous pouvions y collaborer? L'aider à se développer?
Ci-dessous, un exemple de ce qui se passe un peu au nord. Résultat de mois de luttes et d'occupations. Une occasion de créer une catégorie "Belgique" dans ce blog, pour que, nous aussi, comme nos amis migrants, nous regardions au-delà de nos frontières...

Les sans-papiers veulent sensibiliser la Flandre

L'Union de défense des sans-papiers (UDEP) de Bruxelles a annoncé vendredi sa volonté de sensibiliser la Flandre et toucher de cette manière plus directement la ministre de la Politique d'asile et de migration, Annemie Turtelboom (Open Vld).

De l'ULB à la VUB

Une centaine de sans-papiers, qui squattaient pour la plupart le hall des Sports de l'Université libre de Bruxelles (ULB), occupent depuis mercredi un parking couvert et une maison situés sur le campus de la Vrije Universiteit Brussel (VUB), en accord avec les autorités universitaires. Des étudiants de la VUB s'organisent pour soutenir les nouveaux arrivants.Lundi, des représentants des sans-papiers de l'ULB et de la VUB devraient être reçus au siège de l'Open Vld, à Bruxelles, où une manifestation sera organisée vers 11h00 en vue de réclamer une circulaire de régularisation.

Menace de grève de la faim

"Les groupes de sans-papiers mènent avant tout des occupations politiques, en tentant d'interpeller les partis politiques de la majorité. Si les politiques ne jouent pas le jeu de la démocratie, nous serions contraints de mener alors de nouvelles actions non politiques telles que des grèves de la faim pour nous faire entendre", a déclaré Gerardo Cornejo, porte-parole de l'UDEP-Bruxelles.
Si aucune perspective d'avenir n'est donnée lundi aux sans-papiers par l'Open Vld, l'UDEP-Bruxelles menace d'ouvrir un nouveau lieu d'occupation dans une université bruxelloise avant de trouver de nouveaux endroits d'hébergement, notamment à Louvain.

Une aide uniquement logistique

Bien que le recteur de la VUB, Paul de Knop, ancien chef de cabinet adjoint de Bert Anciaux (Spirit), garde des contacts avec le monde politique, la VUB estime qu'une université ne peut résoudre elle-même le dossier des sans-papiers."Nous apportons une aide logistique aux sans-papiers. Nous avons répondu favorablement à la demande d'accueil des sans-papiers pour des raisons éthiques, sociales et pour montrer notre ouverture au monde", a dit la porte-parole de la VUB, Karolien Merchiers. Le conseil d'administration de la VUB se réunira mardi afin de prendre position officiellement sur l'occupation de son campus par des sans-papiers.

Le groupe de sans-papiers qui a décidé de quitter le hall des Sports de l'ULB pour désengorger celui-ci s'installe progressivement dans le parking et à la maison située sur le boulevard du Triomphe à Auderghem, mis à leur disposition par la VUB.

Conditions d'hébergement inadaptées

Si, officiellement, 178 sans-papiers se sont inscrits dans le cadre de cette nouvelle occupation, quelques dizaines séjournent actuellement à la VUB. Les nouveaux occupants estiment le parking trop humide et pas adapté pour l'hébergement.

Du côté de la VUB, on explique que les deux bâtiments mis à disposition sont les seuls à ne pas être occupés par des étudiants. Le parking a été équipé d'un chauffage au gaz et l'Université a loué des toilettes et des douches. L'occupation à la VUB ne permet en tout cas pas de désengorger suffisamment le hall des Sports de l'ULB, selon l'UDEP, qui recherche de nouveaux lieux d'hébergement capables d'accueillir des dizaines de personnes. 

7sur7.be

Partager cet article
Repost0