Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • : Blog du Collectif Fontenay pour la Diversité - RESF Fontenay-sous-Bois
  • Contact
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 10:56

Deux objets à ce resf.info. D'abord la situation de M. Liu. Et, à titre de rappel, mais tout aussi menacée, celle de David Kuritze

1) Sarkozy, les bons pandas et les mauvais Chinois. 

Une situation d’extrême urgence:

La course aux voix de l’extrême-droite reste aujourd’hui le seul enjeu d’un pouvoir à bout de souffle, qui agit autant par opportunisme que par idéologie. Et les expulseurs se lâchent.

A Paris, après M. Mo, expulsé le 7 janvier, un autre père de famille chinois risque de connaître le même sort, en laissant son épouse et leurs enfants seuls et sans ressources. M. LIU, que le TA puis le JLD ont maintenu en rétention, n’a plus que l’espoir d’une très forte mobilisation pour retrouver sa famille, d’autant qu’il a été présenté aujourd’hui au consulat de Chine. S’il est débouté de son appel de la décision du JLD, demain 18 janvier, l’expulsion peut avoir lieu très rapidement et à tout moment.

 

FAXEZ ET MAILEZ EN MASSE AUX EXPULSEURS POUR LEUR FAIRE PART DE VOTRE INDIGNATION ET DE VOTRE REFUS DE LAISSER PARTIR CE PERE DE FAMILLE … en restant courtois !

Adresse mail :prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr

Fax : 01 53 71 67 23

 

Modèle d’appel à fax/ mail.

Objet : afin que 2 enfants retrouvent leur père

Monsieur le Préfet,
Monsieur LIU Shijie, né le 4 décembre 1974 à Wenzhou, n° étranger 7503625301, habitant Paris 10°, a été arrêté sur son lieu de travail mercredi 11 janvier 2012. Il a été conduit au centre de rétention de Vincennes. Monsieur LIU Shijie est arrivé en France avec sa femme en 2004 et leur fils Rémi est né en avril 2006 à Paris. Rémi est à la maternelle Boy Zelenski (10°) et sa sœur ainée Kaihui, âgée de 10 ans, scolarisée depuis septembre 2007, est actuellement en CM2 à l’école Eugene Varlin (10°) où ils sont très bien intégrés. 
REMI et KAIHUI ne peuvent vivre qu’en France et doivent poursuivre leur scolarité entourés de leurs deux parents. Les enfants vivent dans l’angoisse depuis mercredi. Ils ont besoin de retrouver leur père et de voir leurs parents réunis.
La vie de Monsieur LIU Shijie s’est construite en France et doit s’y poursuivre. C’est la raison pour laquelle je vous demande de le libérer afin qu’il retrouve sa famille et de réexaminer sa situation administrative.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de mes sentiments républicains.

Et là où se prennent les décisions 

- Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Pour obtenir la libération de M. Liu et la levée de son ordre de quitter le territoire, signez la pétition :http ://resf.info/P2108

(1) Voir http://blogs.mediapart.fr/blog/resf/090112/expulsion-monsieur-mo-dans-lavion-ils-lavaient-dit-ils-lont-fait et http://blogs.mediapart.fr/blog/resf/130112/expulsion-de-m-mo-lettre-ouverte-m-le-prefet-de-police-de-paris-et-m-le-minist

 

 

2)

David Kuritze, Géorgien, père de deux enfants Luka, 10 ans et Zaza 9 ans scolarisés à l'école Marcel Achard de Courbevoie (92) est actuellement en rétention au CRA du Mesnil Amelot.

Pétition (http://www.educationsansfrontieres.org/article40515.html) et resf info du 14/01/2012

Dans la nuit de lundi à mardi, David Kuritze a tenté de se suicider cette nuit au centre de rétention du Mesnil Amelot. Ses jours ne sont pas en danger, son désespoir comme la détresse de ses enfants et de sa femme sont immenses. A n'importe quel moment, il peut être programmé sur un nouveau charter de la honte.


Luka et Zaza ont le droit et le besoin de grandir enfin entre leurs deux parents. 
La convention des droits de l'enfant signée en 1990 est bafouée tous les jours. L’expulsion de D. Kuritze serait le cruel désaveu des articles 3 et 9 : « L'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale » ; « Les États parties veillent à ce que l'enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré ».

Ne laissons pas faire de David le bouc émissaire idéal de la propagande racoleuse que mènent main dans la main , contre les étrangers, les pêcheurs de voix des droites extrêmes.


Préfet d'Eure et Loir :lionel.beffre@eure-et-loir.gouv.fr

Secrétaire de la Préfecture d'Eure et Loir : blaise.gourtay@eure-et-loir.gouv.fr 


Préfet des Hauts-de-Seine : pierre-andre.peyvel@hauts-de-seine.gouv.fr

Secrétaire général de la préf. des Hauts-de-Seine : didier.montchamp@hauts-de-seine.gouv.fr


Partager cet article
Repost0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 15:39

Jean-Claude Bissa-Ekoman est d'origine camerounaise. Il est entré sur le territoire français en novembre 2005 avec un passeport français valable un an qu'il avait obtenu après avoir été adopté par son beau-père français. Mais, Jean-Claude n'a pu renouveler ce passeport par la suite. Arrêté, il était au centre de rétention de Cornebarrieu depuis plus de quarante jours. Après un premier refus d'embarquement, il a été placé dans un avion vendredi matin. Retenu dans une cellule de transit à Paris, après un premier vol depuis Toulouse, il raconte son expulsion par téléphone. Dans l'après-midi, Jean-Claude Bissa-Ekoman a finalement embarqué pour le Cameroun.

Comment cela s'est passé ?

À 4 h 30, les policiers de la police aux frontières sont venus me chercher et m'ont dit : « Le courrier vient d'arriver maintenant, vous partez ». C'était le même policier que lors de mon premier embarquement. Il m'a dit : « Je sais que vous voulez refuser l'embarquement mais je vous ferai monter de gré ou de force ». La première fois, j'ai pu refuser l'embarquement car j'ai parlé avec le pilote qui avait demandé aux policiers de me faire descendre de son appareil. Cette fois, ils m'ont fait passer par un sas à l'arrière... J'ai mal au visage, au cou et à l'épaule surtout, les policiers m'ont empêché de crier dans l'avion entre Toulouse et Paris. J'ai des ecchymoses à la lèvre. (...)

Lire la suite sur Ladepeche.fr

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 15:37

Six étrangers en situation irrégulière en France ont été condamnés vendredi 13 janvier 2012 en appel à des peines de 6 mois à deux ans et demi de prison ferme pour avoir mis le feu au Centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes en juin 2008. Ces condamnations sont légèrement inférieures à celles prononcées en première instance. En 2010, le tribunal correctionnel les avait condamnés à des peines de 1 à 3 ans.(...)

 

Lire a suite sur le site de RFI

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 13:44

Depuis 2002, cinq lois ont modifié les règles sur l’entrée et le séjour des étrangers ou l’acquisition de la nationalité. Le ministère de l’Intérieur a pris une place considérable dans cette frénésie législative. En plus de la police (entrée / séjour), il a récupéré la politique d’intégration et la politique de la nationalité tandis que la sphère sociale et le ministère de la Justice ont été marginalisés.

Ces lois se sont traduites par un durcissement croissant de l’ensemble des règles : limitation de l’immigration de droit (mariage, regroupement familial, asile) ; durcissement des conditions d’acquisition de la nationalité (allongement du délai d’acquisition par mariage : 1 an de vie commune en 1998 (supprimée en cas d’enfant né dans le couple) contre 4 ans aujourd’hui (5 en cas de vie à l’étranger) ; renforcement des moyens de reconduites à la frontière avec en particulier l’allongement du délai avant l’intervention du juge. (...)

 

Lire la suite sur LeNouvelObs.com

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 22:16

Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a condamné récemment la préfecture du Val-d’Oise à indemniser à hauteur de 1.000 euros un sans-papiers visé par un arrêté d’expulsion, en raison d’un vice de procédure dans son dossier, a-t-on appris mardi auprès de son avocate.

Dans sa décision rendue le 19 décembre, le tribunal a demandé à la préfecture de réexaminer dans un délai de trois mois la situation de ce sans-papier de 23 ans, suspendant la procédure d’expulsion, a précisé Me Samia Maktouf, confirmant une information du Parisien. (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 18:42

Pour devenir français, les migrants devront bientôt montrer plus qu’une patte blanche. Le 1er janvier, un décret renforcera le contrôle du niveau de français exigé des postulants à la nationalité française, en modifiant la méthode d’évaluation.

Michel Aubouin, directeur de la Direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté (Daic), explique : «Actuellement, l’évaluation du niveau de français est réalisée pendant un entretien avec un agent de préfecture, mais ce n’est pas son rôle. A partir de janvier, ce sera au postulant d’apporter la preuve qu’il dispose du niveau requis.» Le migrant souhaitant devenir français devra fournir un diplôme attestant de sa connaissance de la langue nationale (brevet, BEP, CAP), ou produire une attestation de niveau, fournie par des organismes reconnus par le ministère de l’Intérieur. (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 16:48

« En psychiatrie, on appellerait ça une névrose obsessionnelle. » Dans une excellente tribunepubliée sur le site des Echos (« Taxe sur les étudiants étrangers : l'Etre et le Guéant »), Vincent Chauvet, président du MoDem Sciences-Po, soulève un point passé inaperçu dans l'arsenal anti-étudiants étrangers mis en place par le ministre de l'Intérieur.

La promesse de Claude Guéant deréviser sa circulaire du 31 mai, n'a pas empêché le gouvernement de créer, dans la loi de finances pour 2012 (promulguée le 28 décembre), une nouvelle taxe sur les étudiants étrangers.

« Gratuit jusqu'en décembre 2008, le renouvellement d'un titre de séjour étudiant est actuellement soumis à une taxe comprise entre 55 et 70 euros.

A partir du 1er janvier, la taxe variera entre 200 et 385 euros. A cela s'ajoute une nouvelle contribution de 110 euros, payable dès le dépôt de la demande, et non remboursable même en cas de refus. (...)

 

Lire la suite sur Rue89

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 17:06

Les cinq associations autorisées à accompagner les étrangers retenus administrativement ont publié leur premier rapport commun ce mardi.

En 2010, plus de 60 000 étrangers ont été enfermés dans les 27 centres de rétention français de métropole et outre-mer. C'est deux fois plus qu'il y a onze ans, soulignent dans leur premier rapport commun, présenté ce mardi matin (pdf ici), les cinq associations autorisées à intervenir dans ces centres: la Cimade, France Terre d’Asile, l’Ordre de Malte, le Forum réfugiés et l’Assfam (Association service social familial migrants). 

«On assiste à une banalisation de l'enfermement administratif, y compris de familles avec enfants. Et en particulier à une surenchère répressive à l'égard des ressortissants roumains. Cette politique d'enfermement et d'éloignement à tout prix est à la fois injuste et inefficace»,
 dénonce Jérôme Martinez, secrétaire général de la Cimade, qui a longtemps été la seule association à pouvoir intervenir dans les centres de rétention (CRA) avant que d'autres n'y soient autorisées en 2010. (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

 

LIre aussi sur le même sujet l'article du Parisien.fr  Rétention : un rapport dénonce l'«obsession statistique» des pouvoirs publics , ou sur Le Monde.fr, En rétention, le respect des droits reste inégal

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 17:03

Il y a quelques jours, la préfecture de police de Paris est encore une fois intervenue dans le cursus universitaire d'une étudiante, en prenant une décision brutale et inadmissible.

Emilie, doctorante en sciences sociales et canadienne doit renouveler chaque année son titre de séjour ; début novembre 2011, elle s'est vue notifier un refus de renouvellement assorti d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF) sous trente jours, au motif de « progression [in]suffisante » dans ses études depuis son entrée en France.

C'est donc un agent préfectoral qui juge de la pertinence du travail mené par nos étudiant-e-s, en licence, en master comme en doctorat. C'est pourtant là l'une de nos missions. Comment cet agent pourrait-il connaître les conditions objectives de réalisation d'un doctorat en sciences humaines et sociales (SHS), particulièrement en sociologie ? (...)

Lire la suite de cette tribune de L'Association des sociologues enseignants du supérieur (Ases) sur Rue89


Partager cet article
Repost0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 13:34

Cinq heures du matin, par un froid de canard, sur le trottoir qui longe la préfecture de l’Essonne à Evry, ils sont déjà une centaine en file indienne à grelotter derrière des barrières. Marie-Louise s’encourage en tapotant ses pieds gelés : «Allez, plus que trois heures de temps et ils ouvriront les grilles.» Elle est arrivée ici à 2 heures du matin, toute seule, avec sa chaise pliante et une couverture, par le bus de nuit. «La semaine dernière, je suis venue à 4 h 30. J’ai fait la queue cinq heures et, arrivée au bout, on m’a dit de revenir, il y avait trop de monde avant moi.» (...)

 

Lire la suite sur Liberation.fr

Partager cet article
Repost0