Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • : Blog du Collectif Fontenay pour la Diversité - RESF Fontenay-sous-Bois
  • Contact
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 21:25

Face au désaveu des , le ministre de l'Immigration,  a annoncé lundi une annulation des arrêtés de reconduite à la frontière visant les 123 Kurdes syriens arrivés vendredi en Corse. Mais il prévoit un renforcement de la législation pour faire face à une arrivée «massive» et «inopinée» de clandestins.

 Alors que les juges avaient déjà remis en liberté 104 des 123 personnes, le ministre a pris cette décision dans l'après-midi pour les clandestins qui déposeront une demande d'asile, après avoir ferraillé deux jours durant avec les associations de défense des immigrés. Quoiqu'il en soit, plus aucun des migrants, qui avaient été découverts sur une plage proche de Bonifacio, n'est détenu.

Ce lundi soir, un juge de la liberté et de la détention de Toulouse (Haute-Garonne) a ordonné la remise en liberté de 19 clandestins transférés samedi dans la ville rose depuis la Corse. «On est satisfaits de la décision qui n'est que l'application des règles les plus élémentaires, que les magistrats ont rappelé au ministre. On aurait pu s'éviter ce type d'audience», a déclaré l' à l'annonce de leur libération.


Rocard : «La France n'est pas un camp de concentration»

Une annulation qui ne peut que satisfaire les associations de défense des droits de l'Homme. La décision des juges avait été, elle qualifiée de «désaveu cinglant» par Jean-Claude Aparicio de la Ligue des droits de l'Homme des Bouches-du-Rhône. Le PS s'était félicité, par l'entremise de son porte-parole, Benoît Hamon, «que la loi ait été rappelée au gouvernement». Il a salué l'action de la Cimade et de la Ligue de droits de l'Homme qui ont «rappelé que la procédure dont ont été l'objet ces hommes et ces femmes n'étaient pas légale». «Ce qui est intolérable, c'est d'avoir une position qui soit: tout oui, n'importe qui rentre, ou qui soit: tout non, personne ne rentre. La France n'est pas un camp de concentration», avait renchéri l'ancien Premier ministre socialiste, Michel Rocard, sur RMC. (...)

Lire a suite sur
leparisien.fr 

Lire aussi l'article de Libération.fr sur le sujet 

Partager cet article
Repost0

commentaires