Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • : Blog du Collectif Fontenay pour la Diversité - RESF Fontenay-sous-Bois
  • Contact
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 19:26

Pedro MAYENGO maintenu en rétention 

M.Pedro Oliveira Mayengo,  de nationalité angolaise, en France depuis 2002 et habitant Corbeil, arrêté le 1er juillet 2009 à Tournan (77) alors qu'il se rendait à son travail, est depuis en rétention au CRA du Mesnil-Amelot.  Le 15 juillet, il a été présenté à l'ambassade d'Angola qui n’a pas pour le moment délivré de laisser passer, mais peut le faire jusqu’au 2 août, date de fin de rétention. Son maintien dans la prison pour étranger en vue d’une prochaine expulsion, a été confirmé le 18 juillet par le juge des libertés. Amené au tribunal à 8h30, avec six autres retenus, audiencé à 11h 00 du matin, il en est reparti à 5 heures le lendemain matin, la dernière audience ayant eu lieu à 4 heures du matin. Tribunaux des étrangers, tribunaux d’exception… Le 22 juillet, parce qu’il faut tout tenter pour cocher un chiffre de plus, Pedro Mayengo a été présenté à l'ambassade du Congo qui, heureusement, ne l'a pas reconnu comme l'un de ses ressortissants.

En matière de nationalité, les préfectures ne font pas dans le détail : récemment, la préfecture du Puy de Dôme a voulu faire signer par Bessim AGOVIC, rom kosovare, un document où il attestait qu’il serait de nationalité serbe pour rendre possible son expulsion  !....

 

M. Mayengo et sa compagne ont deux filles nées en France : Grace, 1 an ½, et Olivia, 3 ans qui va  entrer en maternelle et qui, suivie à l'hôpital Robert Debré,  doit être hospitalisée en octobre.  M. Mayengo assure à lui seul les revenus de sa famille,  l’expulsion, si elle se produit, plongerait immédiatement celle-ci dans la misère, le risque d’expulsion du logement  et le désespoir.

 

Pedro Oliveira Mayengo est sous le coup d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière (APRF), délivré par la préfecture de police de Paris       

Préfecture de police de Paris

fax Préfecture de police P 75 : 01 53 71 67 23

mail : prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr 

 

Ministre de l’immigration

Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00  Standard 01 77 72 61 00

Secrétaire général secretariat.general@iminidco.gouv.fr

Secrétaire général : stephane.fratacci@iminidco.gouv.fr

fax :  01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00 

Ministre eric.besson@iminidco.gouv.fr

 

Matignon :

http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/premier_ministre/ecrire

 

Et là où se prennent les décisions  

Elysée fax : 01 47 42 24 65

http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Maxime Tandonnet (conseiller immigration) maxime.tandonnet@elysee.fr

 

Le démembrement possible de cette  famille, comme celui de tant d’autres  est une décision intolérable. Le 14 juillet 2009, 5 pères d’enfants scolarisés ou devant l’être à la prochaine rentrée, et connus de RESF, se trouvaient en danger d’expulsion. Pedro Mayengo est celui qu’il faut sauver.

 

15 juillet 2009 : expulsion d’Emmanuel OLADIPO, père nigérian, dans un charter européen parti du Bourget quasi vide. A tous ceux qui ont appelé l’Elysée, un conseiller a fait savoir que le président était informé de la situation, et prendrait sa décision. La compagne d’Emmanuel, mère de leur enfant et d’une autre fillette, accouchera sans lui, dans quelques jours.  Accompagnée de deux députés, elle s’est rendue à l’Elysée pour réclamer le retour de son mari.

http://www.liberation.fr/societe/06011119-marche-vers-l-elysee-pour-un-pere-expulse

16 juillet : Deux pères libérés par le tribunal, 7 enfants retrouvent leurs pères : au Tribunal administratif de Melun,  les APRF de Simao Mfinda (Angolais, père de deux adolescents scolarisés à Paris dont la mère a disparu en Angola il y a 10 ans, et d’une petite fille ) a été libéré par le TA. Idem pour M. Rodriguez, père bolivien de quatre enfants du XIVe arrt parisien.

19 juillet : Juean Ronel SAN LOUIS,  haïtien,  père de deux petites filles  refuse d’embarquer sur l’avion qui allait le conduire en Guadeloupe. Jugé pour ce refus, il est sorti libre du tribunal de Créteil condamné à 3 mois de prison avec sursis. Immense soulagement pour trois familles, et la bagarre de la régularisation à mener.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires