Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • : Blog du Collectif Fontenay pour la Diversité - RESF Fontenay-sous-Bois
  • Contact
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 20:46
En retardant le mariage d'un ressortissant algérien et d'une Française habitante de sa commune, la présidente de l'Association de soutien aux travailleurs immigrés (Asti) Françoise Astruc considère que Gérard César, le sénateur maire (UMP) de Rauzan, « s'est situé hors de la légalité ».

Depuis le mois de décembre, le couple a déposé une demande de mariage à la mairie de Rauzan. Mais le maire a refusé de prononcer l'union, soupçonnant un mariage de complaisance. « Le mariage est un droit constitutionnel, explique Françoise Astruc. Un maire n'a pas le droit de s'y opposer. Seul un magistrat le peut. » Gérard César a donc saisi le procureur de la République de Libourne. Au terme d'une enquête de gendarmerie, celui-ci a décidé que « la situation irrégulière [...] ne peut faire obstacle à la célébration ».

« Réaction honteuse »

Le maire de Rauzan a alors, selon ses propres termes, « différé » le mariage. Pendant ce temps, une procédure administrative indépendante est mise en place pour vérifier la situation de l'intéressé. « Les gendarmes ont été particulièrement rapides, dit la présidente de l'Asti. Les moyens personnels déployés ont été impressionnants et hors du commun pour ce genre de situation. » Filatures, écoutes téléphoniques, rien n'est épargné pour surveiller le couple, puisque la future épouse est également considérée hors-la-loi pour aide au séjour irrégulier.

Elle sera donc placée en garde à vue jusqu'à ce que son compagnon se rende spontanément aux gendarmes, samedi dernier. Il a été envoyé dimanche au centre de rétention de Toulouse et placé dans un avion mardi matin, quelques heures avant de rencontrer le juge des libertés et de la détention, qui aurait pu, par une assignation à résidence, lui permettre de rentrer chez lui à Rauzan.

Le couple envisage maintenant de se marier en Algérie avant de revenir en France. L'Asti, quant à elle, rejointe par d'autres associations très choquées de « la réaction honteuse » du maire de Rauzan, va « continuer à mener le combat pour stigmatiser cette décision ».

Sudouest.fr 
Partager cet article
Repost0

commentaires