Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • : Blog du Collectif Fontenay pour la Diversité - RESF Fontenay-sous-Bois
  • Contact
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 13:59
Welcome -le film de Philippe Lioret sur un sans-papiers de Calais souhaitant rejoindre l'Angleterre- a été projeté mercredi 18 mars à l'Assemblée nationale. L'avis de Claire Rodier, juriste au Groupe d'information et de soutien des immigrés (Gisti), sur le film et sur la polémique qu'il a suscitée, le réalisateur ayant comparé la situation des migrants de Calais à celle des Juifs en 1943.



Welcome est-il un film réaliste?

C'est un film parlant et nuancé, au réalisme "soft". Les conditions de vie des migrants sont plus dures que celles montrées dans le film. Dans Welcome, on les voit faire la queue pour manger: ce passage correspond à la réalité, mais ne montre pas le pire, les conditions de survie dans la "jungle"par exemple.

Le réalisateur, Philippe Lioret, a mis en parallèle les "rafles" des Juifs en 1943 et les mécanismes répressifs contre les migrants du Calaisis. Peut-on vraiment comparer ces situations?

Le terme de "rafle" ne me choque pas. La réalité est assez terrible pour justifier ce genre de référence. RESF (Réseau éducation sans frontières) utilise d'ailleurs ce mot dans ses communiqués lorsqu'il évoque certaines arrestations à Paris. Aujourd'hui, dans le Calaisis, des citoyens ont des réflexes humanitaires envers les migrants auquels s'opposent leurs voisins ou la police. Ça rappelle le temps où certains protégeaient des personnes menacées de rafle, dans un contexte heureusement en général moins dramatique.

Que dit la législation à propos de ceux qui aident les migrants?

La loi punit "l'aide à l'entrée et au séjour des étrangers en France", sans distinction entre ceux qui le font à des seules fins lucratives et les personnes qui apportent une aide désintéressée, à titre humanitaire ou par solidarité. Comme Simon, dans le film Welcome, ou encore comme Monique Pouille, qui a  récemment passé plusieurs heures en garde à vue parce qu'elle avait rechargé les téléphones portables de sans-papiers. Une directive européenne prévoit de sanctionner uniquement les gens qui aident les migrants à des fins lucratives, mais pour l'instant elle n'est pas appliquée en France.

Quant aux "vrais" passeurs, n'oublions pas qu'ils existent d'abord parce que les exilés, qui ont besoin de fuir leur pays, sont de plus en plus confrontés aux frontières infranchissables de la "forteresse Europe". Commençons par adopter une politique migratoire plus généreuse, et il y aura moins de problèmes de passeurs.

Source : lexpress.fr 
Partager cet article
Repost0

commentaires