Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • : Blog du Collectif Fontenay pour la Diversité - RESF Fontenay-sous-Bois
  • Contact
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 21:58
« Nous voulions réduire la période de privation de liberté du jeune Hamid Belkhir », raconte l’avocate Hélène Jacob, au sortir de l’audience d’appel lancée par le jeune compagnon d’origine algérienne.
Hamid Belkhir vivait en France depuis 2001 et travaillait depuis cinq ans au sein de la communauté d’Emmaüs Pointe-Rouge en tant que vendeur puis en tant que cuisinier. Le garçon « tout à fait tranquille qui venait en aide aux SDF », selon les salariés et bénévoles d’Emmaüs, avait été arrêté en début de semaine dernière par la police de l’air et des frontières lors d’un contrôle effectué à la Joliette, avant d’être placé au centre de rétention du Canet et de comparaître devant le juge des libertés, qui avait ordonné jeudi son expulsion vers l’Algérie.
Me Hélène Jacob, qui plaidait initialement une demande d’assignation à résidence en remettant une attestation d’hébergement de la communauté Emmaüs lors du procès, n’est en rien surprise par le rejet d’appel. « Les garanties de représentation sont certaines mais Hamid a déjà refusé d’embarquer à deux reprises en 2003 », souligne l’avocate, qui regrette néanmoins de n’avoir pu obtenir la réduction de la durée de rétention avant l’expulsion.
Le recours aurait néanmoins pu permettre au compagnon de « récupérer ses affaires et d’aller seul à l’aéroport sans l’escorte policière ». Mais la représentante de la préfecture avait indiqué lors de l’audience au tribunal de grande instance de Marseille, son intention de « prévoir des escorteurs internationaux » pour la reconduite du compagnon sans papiers, reconduite qui pourrait avoir lieu demain, selon l’avocate.
Le renvoi sans appel du jeune prévenu algérien et la perquisition qui a suivi chez Emmaüs à la Pointe-Rouge ainsi que le placement en garde à vue de son responsable suscitent la même indignation au sein de la communauté.


EMMANUELLE BARRET - Lamarseillaise.fr

   
Partager cet article
Repost0

commentaires