Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • : Blog du Collectif Fontenay pour la Diversité - RESF Fontenay-sous-Bois
  • Contact
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 20:32

Le ministre de l’Immigration se devait de rebondir. Révélé dès lundi par Libération, le rapport de la commission Mazeaud avait infligé un camouflet à Brice Hortefeux en rejetant sèchement la possibilité d’instaurer des quotas d’immigration jugés «pas indispensables» pour l’immigration professionnelle et «impossibles» pour l’immigration familiale. Un souhait pourtant émis à plusieurs reprises par Nicolas Sarkozy. Vendredi, Brice Hortefeux a donc tenté de reprendre la main après que Pierre Mazeaud, président de la commission créée en janvier pour réfléchir au «cadre constitutionnel de la nouvelle politique d’immigration», lui a officiellement remis son rapport.

Réticences. Sans répondre sur le fond aux critiques de la commission, Brice Hortefeux a réaffirmé sa volonté de poursuivre sa politique d’immigration «choisie». Il a notamment annoncé l’élaboration d’un projet de loi-programme pluriannuelle 2009-2012 fixant «des objectifs chiffrés». A savoir : «un nombre global d’immigrés avec une ventilation par catégories» (professionnelles, étudiants). Différence entre ces «objectifs», ce «nombre global d’immigrés» et des quotas ? Difficile à dire. Avec cette proposition, Brice Hortefeux fait mine de prendre en compte les réticences de la commission Mazeaud tout en répondant aux vœux du chef de l’Etat. En septembre, Nicolas Sarkozy avait souhaité que soit fixé, chaque année, un «chiffre plafond d’étrangers que nous accueillerons sur notre territoire». Sauf qu’il devait comprendre«un quota par profession, par catégorie» et «naturellement, un quota par région du monde». Dans la proposition d’Hortefeux, seuls les quotas ont disparu. Dans l’entourage du ministre de l’Immigration, on explique qu’un objectif n’est pas un quota. A contrario, l’ancien ministre PS Kofi Yamgnane, membre de la commission, juge que c’est la même chose. Pour lui, les différences entre«contingent, objectif chiffré, quota, ne sont que de l’ordre de la sémantique».

Source : Liberation.fr 

Partager cet article
Repost0

commentaires