Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • : Blog du Collectif Fontenay pour la Diversité - RESF Fontenay-sous-Bois
  • Contact
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 23:16

L’accord conclu vendredi à Bruxelles avec Ankara permet à l’UE de renvoyer vers la Turquie à partir de ce dimanche les migrants débarqués en Grèce.

Il y a bien les Premiers ministres luxembourgeois, Xavier Bettel, et belge, Charles Michel (tous deux libéraux), qui ont eu un peu de vague à l’âme. Mais ils ont été les seuls. Tous leurs partenaires, François Hollande au premier chef, n’ont absolument rien trouvé à redire à ce que l’Union européenne renonce, temporairement ou définitivement, l’histoire le dira, au droit d’asile : à partir de ce dimanche, tous les réfugiés et tous les migrants dits économiques débarquant sur les îles grecques seront renvoyés, sans distinction, vers la Turquie. Pour paraphraser Winston Churchill, un nouveau rideau de fer s’est abattu sur l’Europe. La seule chose qui a vraiment préoccupé les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union, lors de leur sommet de jeudi et de vendredi, a été l’ampleur des concessions faites à la Turquie pour qu’elle accepte son rôle de sous-traitant du contrôle des frontières extérieures de l’UE. L’arrivée de plus d’un million de migrants et de réfugiés en Europe a remisé les grands principes au placard : sous la pression des opinions publiques et des populistes, l’urgence était de stopper net les flux, quel qu’en soit le prix.

Signal fort

Il y a encore deux semaines, une solution aussi radicale n’était officiellement envisagée par personne. En prévision du sommet du 7 mars à Bruxelles, le Polonais Donald Tusk, le président du Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement, avait même bâti, en accord avec Ankara, un plan destiné à renvoyer les seuls migrants économiques, donc à l’exclusion des demandeurs d’asile, vers la Turquie en échange d’une aide financière importante (environ 6 milliards d’euros d’ici à la fin 2018), d’une levée de l’obligation de visa pour les Turcs et d’une reprise des négociations d’adhésion à l’Union. Mais la chancelière allemande, qui avait déclaré unilatéralement l’ouverture de ses frontières début septembre, agissait dans l’ombre pour durcir ce plan. Son souci était à la fois de stopper les flux, mais aussi d’empêcher que la Grèce ne se transforme en gigantesque camp de réfugiés après la fermeture de la «route des Balkans». Son idée - aujourd’hui, les autorités allemandes affirment qu’il s’agissait d’une proposition d’Ankara, mais on ne voit pas quel serait son intérêt dans l’affaire -, renvoyer tout le monde, réfugiés et migrants économiques, en Turquie afin de donner un signal fort à tous les candidats au départ.

Lors de sa visite à Paris, le 4 mars, Angela Merkel en a touché un mot à François Hollande, mais sans lui dire qu’elle envisageait de déposer une proposition formelle sur la table du Conseil européen. Le chef de l’Etat s’est contenté de la mettre en garde : reconduire en Turquie des demandeurs d’asile ne serait sans doute pas compatible avec le droit international et européen. Dimanche soir dernier, elle s’est rendue à Bruxelles pour dîner en tête-à-tête avec Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE, et Ahmet Davutoglu, le Premier ministre turc. Ni Donald Tusk ni Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, n’ont été conviés. Après cinq heures de discussion, les trois dirigeants ont ficelé leur proposition d’un renvoi collectif de tous les migrants, sans distinction aucune, avec, à la clé, la promesse d’accueillir un réfugié se trouvant légalement en Turquie pour un demandeur d’asile renvoyé. A leur arrivée dans la capitale européenne lundi matin, les dirigeants de l’UE sont tombés des nues devant la proposition germano-néerlando-turque.

«Pays sûr»

Lire sur Libération

Partager cet article

Repost 0
Published by Fontenay - Diversité