Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • : Blog du Collectif Fontenay pour la Diversité - RESF Fontenay-sous-Bois
  • Contact
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 18:21

A partir de ce dimanche soir, les personnes qui arrivent en Grèce peuvent théoriquement être renvoyées en Turquie. Dans la pratique, c'est plus compliqué.

La frontière entre la Grèce et la Turquie ferme officiellement dimanche soir, tant pour les immigrés économiques que pour les demandeurs d’asile. Tous ceux qui arrivent dans les îles grecques sont désormais censés être renvoyés manu militari vers les côtes turques, en vertu de l’accord conclu vendredi entre l’Union européenne et Ankara, accord qui met fin au droit d’asile en Europe, au moins temporairement. Mais ça, c’est la théorie.

Les renvois ont-ils commencé ?

Evidemment, non. «L’accord sur le renvoi des nouveaux arrivants sur les îles devrait, selon le texte, entrer en vigueur le 20 mars, mais un tel plan ne peut pas être mis en place en seulement vingt-quatre heures», a reconnu Giorgos Kyritsis, le coordinateur de la politique migratoire grecque. La Grèce, pays en faillite et à l’Etat déficient, a déjà montré qu’elle n’avait pas les moyens de contrôler ses frontières. Alors organiser aussi rapidement le renvoi systématique des arrivants, c’est tout simplement une tâche impossible.

«Il faudra des semaines, voire un miracle, pour que ces expulsions de masse se mettent en place», explique un diplomate. «Avec 1 000 demandes par jour, le bureau d’asile grec est totalement débordé. Alors avec 2 ou 3 000 par jour, il vaut mieux oublier», s’amuse un policier européen présent sur place.

C’est pour cela qu’une aide européenne est prévue : forces de police, officiers de protection du droit d’asile chargé de faire le tri, interprètes voire juges pour statuer sur les recours des déboutés du droit d’asile. Selon la Commission européenne, 4 000 agents devront être mobilisés, dont un millier de «personnels de sécurité et militaires» et environ 1 500 policiers grecs et européens.

Alors pourquoi avoir proclamé que l’accord de vendredi entrerait en vigueur ce dimanche ? «Pour éviter un temps de latence qui aurait conduit à un appel d’air», explique un fonctionnaire européen. A l’heure du Net, l’information va vite et beaucoup de candidats à l’immigration ou à l’asile se seraient précipités en Europe pour éviter de trouver porte close. D’ailleurs, plusieurs centaines de personnes ont gagné les îles grecques samedi, soulagées d’être arrivées avant le gong fatal. «L’effet d’annonce peut marcher. Depuis décembre, les Grecs placent à nouveau en centre de rétention les Algériens et les Marocains qui arrivent en Grèce, et le flux s’est brutalement tari», raconte un diplomate présent en Grèce.

Qui sera concerné par ces expulsions ?

Lire sur Libération

Partager cet article

Repost 0
Published by Fontenay - Diversité