Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui Sommes-Nous?

  • : Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • Le blog de Fontenay pour la Diversité
  • : Blog du Collectif Fontenay pour la Diversité - RESF Fontenay-sous-Bois
  • Contact
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 20:20

Le projet de création d'un centre provisoire d'hébergement d'urgence, le long du boulevard périphérique dans le 16e arrondissement, suscite un débat aux arguments souvent étonnants.

L'association Aurore que je préside ayant été mandatée par l'Etat et la Ville de Paris pour porter ce dossier, il m'appartient de rétablir quelques vérités.

A Paris et en région parisienne, de très nombreuses personnes sont sans logement. L'action administrative qui encadre et finance leur hébergement de même que les médias qui souhaitent rendre compte de leur situation raisonnent volontiers en catégories : migrants, SDF, chômeurs en fin de droits, etc. Or, l'expérience de la rencontre avec ces personnes bouleverse toute logique acronymique ou statistique. Si leur point commun est de se définir par ce qu'elles n'ont pas - sans domicile, sans emploi, sans papiers -, leur principale caractéristique est d'être, comme chacun d'entre nous, forgées d'humanité et dignes de respect.

Le combat d'Aurore est de considérer que la rue ne peut pas être leur domicile.

L'Etat, dont c'est la compétence et la responsabilité, finance les centres d'hébergement et de réadaptation sociale par centaines et les lits d'urgence par dizaines de milliers (plus de 80.000 places en région parisienne si on additionne les 19.000 places en centres d'hébergement avec les dispositifs hôteliers - 33.000 places -, le dispositif Solibail - 15.000 places - et les pensions de famille. Il le fait souvent, à Paris, avec l'aide de la Ville et, pour l'essentiel, en déléguant cette mission de service public à des associations reconnues d'utilité publique telles qu'Aurore, Emmaüs ou le Secours catholique. La capitale compte aujourd'hui 9.700 places d'hébergement, dont 1.800 dans le 18e et le 20e, 1.200 dans le 12e et 18 dans le 16e. Dans cet arrondissement, il y a pourtant, en permanence, une petite centaine de personnes à la rue, dont une quarantaine est connue et suivie par nos équipes de maraude.

Que fait une association comme Aurore avec ses 1.500 salariés et ses bénévoles ? Elle accueille les hommes, les femmes et les enfants, assure le suivi sanitaire, social, administratif et éducatif dont elles ont besoin et les oriente sur le long parcours de l'insertion vers le travail et le logement.

Ce que l'on nomme le « travail social » est un travail sérieux et professionnel. C'est lui qui permet de faire vivre, dans la concorde et dans la même rue que des citoyens ayant eu plus de chance, des centres accueillant sortants de prison, femmes victimes de violences, toxicomanes, sans-papiers, migrants et demandeurs d'asile, personnes atteintes de troubles mentaux. Il n'y a jamais eu de recrudescence de la délinquance autour des centres d'hébergement que l'association Aurore a la responsabilité de gérer à Paris.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fontenay - Diversité